• Extraordinary Central Park...

     

     

    Or not. Bon, c'est vrai c'est joli. Mais ça reste un parc, avec de l'herbe, des oiseaux qui chantent, des chiens qui promènent leurs maîtres, des fontaines et des petits chemins qui sentent la noisette. En tout cas, ce que j'ai vu jusqu'à présent de ce célèbre parc me laisse sur ma fin. 

    Cela dit! il est très amusant de parcourir l'endroit à la recherche des nombreux stéréotypes américains... Par exemple : les petits écureuils new-yorkais -- qui, à mon grand désespoir, ne sont pas roux mais bels et bien gris ! -- trottinant parmis les fougères, noisette à la patte, malice à l'oeil... bref, des écureuils quoi! Ou encore ces hommes et ces femmes magnifiquement scultpés qui foulent les pavés à vive allure, la musique dans les oreilles, suant juste ce qu'il faut pour paraître sexy sans être repoussant. Ou bien les familles nombreuses qui viennent s'asseoir sur les pelouses vert fluo, accompagnées d'un pic nic, de la nappe rouge à carreaux qui va bien et d'une batte de baseball pour le fiston et son daddy.

    téléchargement

    Mais je ne peux pas vous parler de Central Park sans vous parler de... nan, enfait je n'ai plus rien à dire. Je n'ai rien vu d'autre mais promis, la prochaine fois, je vous raconte tout, parce que Central Park reste le seul et l'unique Central Park !!

     

    Humeur : +60


    votre commentaire
  • NICE TO MEET YOU !

     

    Après les quatre jours de meeting à Stamford, je devais patienter sagement dans le hall de l'hotel jusqu'à ce que ma famille vienne me chercher. J'en ai donc profiter pour taper la causette à un jeune américain assis dans le gros canapé mou pile en face de moi. Pas de chance pour lui. Il attendait ses copains pour aller à un concert de je ne sais plus trop quelle bête de scène (rap américain of course). Bref. C'était long.

    Et là, soudain, elles sont arrivées en courant vers moi, je les ai aperçues de loin alors je me suis mise à courir vers elles aussi (au ralenti hein!) et puis on s'est jetées dans les bras les unes des autres et... nan j'déconne. Je ne savais pas quoi dire, quoi faire. J'avais quatre petits yeux ronds qui me fixaient, attendant que je dise quelque chose... "Where is your mother?" Bonjour l'accueil quoi. La honte. Ma host est finalement arrivée quelques secondes après (fiou..) et là, soulagement. Elle avait un grand sourire sympathique, ça m'a redonné de la voix ! J'ai pu faire connaissance avec les petites jumelles. C'était terrifiant.

     

    SAM_3209
     

    De Stamford à Manhattan, on a mis près d'une heure et demi, en voiture. J'ai donc eu largement le temps de faire du coloriage, d'écouter trois fois Fire to the rain d'Adèle, de manger 8 bonbons au caramel dégueulasse, d'apprendre par coeur les prénoms des copines des jumelles, leurs âges et leurs couleurs préférées. 

    Arrivée à l'appartement, dans l'Upper West Side de Manhattan (la classe!), un petit paquet m'attendait dans ma chambre. Dedans? Un plan de New York avec plan du subway, un guide pratique des bon plans de la ville, un blackberry, une carte bancaire. Boum. Bienvenue aux Staïtz. Mais le plus important c'était le dessin de bienvenue qu'on fait les filles avant mon arrivée... ! So cute... Mais le blackberry c'est important aussi, hein!!

     

    SAM_3291      SAM_3315     SAM_3294     SAM_3218

    Ma première semaine ici a été un peu difficile : jetlag + fatigue + jumelles au fort caractère + marches à pied + skype qui fonctionne mal + pas d'amis + pas d'Curly = dépression totale ! J'ai donc rapidement eu mon premier coup de blues. C'est vraiment pas évident de vivre avec une famille étrangère, l'éducation n'est pas du tout la même, la culture change du tout au tout, on peut parfois se sentir frustré ou vexé par certaines coutumes comme par exemple cuisiner toute la matinée et que les filles prennent leur assiette et partent manger devant la télé. Heu je crois pas non... une fois. Pas deux. 

    Ce week end, je suis off. Je ne travaille pas. J'espère que cela sera plus calme. 

    Je vais bien, tout va bien. Je suis gaie, tout me plaît. Je suis à New Yooooork !

     

    Humeur : +30


    votre commentaire
  • Off Off Off Off Off Off...

     

     

    Ce week end je suis OFF, c'est à dire, que les twins vont se garder sans moiiiii ! Avec la complicité de ma camarade de galère Claire (au pair à Long Island, NYC), je pars donc visiter DownTown. Le sud de Manhattan, quoi. 

    Je lui donne donc rendez-vous sur les célèbres stairs de Time Square. Brillante idée... Un paquet de clopes plus tard, Claire arrive. Bah oui, c'est grand Time Square. On mange un morceau dans une sorte de petit restau tout en se racontant un peu nos vies. Ah oui, je  vous ai pas raconté... Claire, je la connaissais déjà avant New York City. Mais comme je vous ai dit que ce qui c'était passé avant dans ma vie n'avait aucun intérêt ici, bah vous n'en saurez pas plus. Et toc.

    Bref. 

    Nous voici donc dans DownTown : Wall Street, Chinatown... et voilà. Oui c'est tout ! Faut dire aussi qu'on a fait tout ça à pied. C'était long !! On a franchi le cap de l'achat du sublime teeshirt : I <3 NY (incontournable!) avant de taper l'incruste dans un mariage indien. Si, si. Puis retour en metro jusqu'à Time Square. Nous y avons rencontrer un charmant monsieur qui jetait des sorts à son livre. Véridique. Une fois arrivées, nous retrouvons Eva (une Slovaque rencontrée à Stamford) et son almost boyfriend Thuran Turam Turron Antoine, sans se douter qu'une heure auparavant, un homme se faisait descendre par la police new yorkaise quelques mètres plus bas. Ah.. les Staïtz...!

     

    SAM_3487  SAM_3488  SAM_3489  SAM_3490

     

    On décide de prendre une part de pizza dans un snack (ça ressemblait plutôt à une grande cantine de lycée..). J'ai échappé de peu à la fouille au corps et au touché rectal mais j'ai tout de même dû prouver que j'avais plus de 21 ans car attention.. j'ai pris une bièèèère avec ma pizza. La serveuse a vaguement esquisser un sourire moqueur en voyant ma photo de passeport. Bitch. Et nous avons pu eeeenfin manger tranquillement dans le brouhaha constant du réféctoire. 

    American dream baby...

     

    Humeur : +20


    votre commentaire
  • Le Voyage : First Steps.

    ...et pas des moindres ! 

    SAM_2930

      Voici donc (très exactement 5h15 que je suis assise sur un siège étonnemment dur et mou à la fois, à côté de la seule fille de l'avion qui ronfle, derrière le monsieur qui gesticule le plus, le tout dans la délicieuse odeur de pet qui règne maintenant depuis près d'une heure et demie dans le fond de l'appareil. Bref. Je pars aux Staïtz ! Il est évident que si le mioche de derrière n'arrête pas immédiatement de kick to mon fauteuil, je risque de retourner en France plus vite que prévu, menottes aux poignets. Bref. Un voyage en avion, ça vous apprend des choses vraiment passionnantes sur les autres, mais également sur vous mêmes ! J'ai donc découvert qu'en avion, je me métamorphose en cette fille nunuche et parano qui frôle l'arrêt cardiaque avant même que l'avion n'ait décollé. Je vous passe donc généreusement le dit épisode du décollage (oui celui où l'on hésite souvent entre pleurer et vomir) pour vous parler plutôt de ma paranoïa aérienne. Hé ouiiiii! Je suis le genre de personnes qui pensent que parce qu'elles prennent l'avion, elles ne peuvent pas échapper à une mort certaine ou un crash sur une île déserte (selon la destination..). Partant aux USA, je ne pouvais pas imaginer arriver sans que mon avion ne soit détourner... Oui j'ai peur en avion. Et ce ne sont pas les délicieux trous d'air de l'atlantique qui vont dire le contraire. 

     

    Ah. Je ne vous ai pas parlé du plateau "repas". Je ne savais pas que les couleurs fluos étaient possibles dans un potentiel repas mais soit, j'accepte volontier un poulet vert. Par contre, je vous épargne le pain qui s'effrite dans la main et la bouillie jaune non identifiée. 

    SAM_2932

    En tout cas, je suis ravie d'avoir pu assister à une journée de 30 heures. En effet, je n'ai pas vu la nuit une seule minute. De 19h30 à 04h00 (heure de Paris), il a fait grand jour. Amazing.

    Et là je me dis que ma chère voisine a du confondre ses Lexo' et son plateau repas. Si elle ne ronflait pas, je pourrais penser qu'elle n'a pas supporté l'altiltude. A la télé passe le 4ème film du vol. Mission Impossible en VO non sous titrée. Donc autant vous dire que je comprends absolument rien. 

    Bref. Vous l'aurez compris, c'est long.

     

    humeur : -50


    1 commentaire
  • Meeting in Stamford : Welcome to United States of America !

    Stamford une toute petite ville près de New York (une demie heure sans les bouchons) où les filles au pair du monde entier se retrouvent pour débuter leur programme. On est logée dans un joli hôtel avec piscine et salle de sport (très pratique lorsqu'on a cours toute la journée...) et on doit assister à des meetings rendus obligatoires par le gouvernement américain. Hum..

    SAM_3174

    Ca dure quatre jours. Je vous assure que quatre jours, c'est long. Evidemment, les cours sont en anglais, et sont chiants. Sinon c'est pas drôle. Heureusement pour nous, notre prof était vraiment marrante et animait plutôt bien la salle. Je ne suis sans doute pas si quiche que ça en anglais puisque j'ai bien compris que, non, jamais, ô grand jamais, il ne faut shaker un baby ! Awesooome ! De plus, les autres filles au pair étaient réellement sympas (except une allemande assez nounouille m'enfin..). D'ailleurs, il y avait tant d'Allemandes (quasi la moitié des filles) que j'ai entendu autant d'anglais que d'allemand pendant les cours. Relou. C'est moche l'allemand. 

     

    SAM_2941

    La bouffe. Dégueulasse. Sans goût. Pas d'eau à table. Que du Soda. Normal. Le maître roi ici, c'est le Starbucks coffee. Je n'ai bu que ça de la semaine. Une pile électrique ! Mais tellement délicieux. Mmh. Trois filles par chambre. Il n'y a que deux lits ? Ahhh bah, qu'à cela ne tienne, on va mettre un lit de camp en plus dans chaque chambre...! ...J'ai donc dormi sur un lit de camp pendant quatre nuits. Merciii. La clim' à donf' dans l'hotel et dans la chambre (juste à côté de mon lit, je précise...). Dans les bathrooms, tu peux aisément voir ton voisin faire popo et lui raconter ta journée en même temps, c'est très convivial ! J'adore. Stamford? Y'a rien à faire, c'est tout petit, c'est nul. Du coup tu as l'impression de ne jamais sortir de l'hôtel (sauf pour t'en griller une et encore..), tu deviens complétement fou. 

    Bref. Here we are. Quatre jours, c'est rien, ça passe très vite, et en plus, j'ai rencontré des filles vraiment super que je compte bien revoir le plus possible !!!

    Humeur : -10


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique